Article du mercredi 26 octobre 2005

Homa Arjomand : «La burka, drapeau de l'Islam politique»

Présente aujourd'hui à Lyon, elle a coordonné la campagne contre les tribunaux islamiques de justice civile au Canada

 

Elle a lutté contre le régime de Khomeiny, avant de fuir en Turquie avec son conjoint et ses deux jeunes enfants. Réfugiée en Ontario, une province du Canada choisie pour son « multiculturalisme », elle découvre que ce « multiculturalisme est une barrière aux droits des femmes ». Homa Arjomand est une combattante. Elle décide alors de dénoncer la législation de 1991 qui autorise des « tribunaux » religieux à arbitrer le règlement de différends familiaux ou matrimoniaux concernant la garde des enfants ou le divorce, sans passer par la justice traditionnelle.
Une tolérance que le gouvernement prévoit d'étendre sur la base de la charia. De chez elle, armée d'un téléphone et d'un ordinateur, Homa Arjomand active des relais dans le monde entier, via des associations féministes. « Nous avons organisé une campagne internationale avec pour seul mot d'ordre une loi pour tous » rappelle-t-elle. Il y a un mois, l'Ontario recule face à la pression internationale. La militante ne s'arrêtera pas .
« L'Islam politique veut le pouvoir, contre les femmes, contre la laïcité. Ce n'est pas la même chose que l'Islam, en tant que religion pratiquée » précise-t-elle. « Cet Islam politique se concentre sur la jeunesse. Il produit des imams formatés. La burka est son drapeau. Nous allons continuer à nous battre, pour qu'aucune religion ne soit imposée aux enfants » annonce-t-elle, se déclarant notamment « contre l'interdiction du porc ou de la viande hallal dans les cantines scolaires ».
Une position tranchée, qui pourrait faire débat ce soir.
Muriel Florin mflorin@leprogres.fr
> NOTE
Réunion publique à 18 heures, au Jardin d'Elles, 322 rue Garibaldi, 69007 Lyon. Informations complémentaire sur le site www.regardsdefemmes.com ou nosharia.com

 

Homa Arjomand:  "the burka, flag of political Islam" Presents today in Lyon, it coordinated the countryside against the Islamic courts of civil justice in Canada It fought against the mode of Khomeiny, before fleeing in Turkey with its spouse and his two young children.  Taken refuge in Ontario, a province of Canada chosen for its "multiculturalism", it discovers that this "multiculturalism is a barrier with the women's rights".  Homa Arjomand is one fighting.  It then decides to denounce the legislation of 1991 which authorizes religious "courts" to arbitrate the payment of family or matrimonial disagreements concerning the guard of the children or the divorce, without passing by traditional justice.  A tolerance which the government envisages to extend on the basis of charia.  Of at it, armed with a telephone and a computer, Homa Arjomand active of the relays in the whole world, via feminist associations "We organized an international campaign with for only watchword a law for all" recalls it.  One month ago, Ontario moves back vis-a-vis the international pressure.  The militant one will not stop there.  "political Islam wants the capacity, counters the women, counters secularity.  It is not the same thing as Islam, as a practised religion "specifies it" This political Islam concentrates on youth.  It produces formatted imams.  The burka is its flag.  We will continue to beat us, so that no religion is imposed to the children "announces it, declaring ourselves in particular" against the prohibition of the pig or the meat hallal in the school canteens ".  A sliced position, which could make debate this evening.  Muriel Guilder mflorin@leprogres.fr > NOTE Public meeting at 18 hours, the Garden of Them, 322 street Garibaldi, 69007 Lyon.  Information complementary on the site www.regardsdefemmes.com or nosharia.com